Guide pour la scolarisationdes enfants et adolescents handicapés

Ministère de l'éducation nationale et de la recherche

 

Intégration scolaire

 

  "II peut être créé un service d'éducation spéciale et de soins à domicile rattaché à l'établissement , ce service peut également être autonome. Son action est orientée, selon les âges, vers :

- la prise en charge précoce pour les enfants de la naissance à six ans... ;

- le soutien à l'intégration scolaire ou à l'acquisiti de l'autonomie comportant l'ensemble de moyens médicaux, paramédicaux, psychosociaux, éducat et pédagogiques adaptés."

(...)

"Le service d'éducation spéciale et de soins à domicile comprend en tant que de besoin un ou des enseignants spécialisés."

Annexe XXIV au décret du 9 mars 195b, modifié le 27 octobre 1989.

 

Voir :

no3 - À quoi servent les commissions de l'éducation spéciale ?

no5 - Comment coordonner la scolarité et les soins

 

Il y a lieu de préciser et de renforcer cette forme particulière de soutien à l'intégration scolaire que sont les services d'éducation spéciale et de soins à domicile.

(...)

Les modalités de la coopération avec les

établissements scolaires feront toujours l'objet de conventions ou de contrats avec (es autorités responsables de l'éducation nationale."

Circulaire du 30 octobre 1989.

 

 

6. QU'APPELLE-T ON UN SESSAD ?

 

SESSAD ou SSAD : service de soins et d'aide à domicile (déficients mentaux, déficients moteurs, polyhandicapés).

Les services d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) sont constitués d'équipes pluridisciplinaires dont l'action vise à apporter un soutien spécialisé aux enfants et adolescents maintenus dans leur milieu ordinaire de vie et d'éducation.

Selon leur spécialité et selon l'âge des enfants qu'ils suivent, ces services peuvent porter des noms différents:

SAFEP : service d'accompagnement familial et d'éducation précoce (déficients sensoriels de 0 à 3 ans) SSEFIS : service de soutien à l'éducation familiale et à l'intégration scolaire (déficients auditifs après 3 ans).

SAAAIS : service d'aide à l'acquisition de l'autonomie et à l'intégration scolaire (déficients visuels).

Dans les situations d'intégration collective (CLIS, UPI) les enfants ou adolescents sont le plus souvent suivis par un tel service de soins.

 

Pour les situations d'intégration individuelle, le soutien du SESSAD prend des formes variables selon les besoins de l'enfant. Il peut comprendre des actes médicaux spécialisés, des rééducations dans divers domaines : kinésithérapie, orthophonie, psychomotricité, ergothérapie, etc. Souvent, l'intervention d'un éducateur spécialisé sera utile.

 

C'est également dans le cadre d'un SESSAD que peut trouver place l'intervention d'un enseignant spécialisé qui apportera une aide spécifique à l'élève handicapé. C'est notamment le cas pour les enfants atteints de handicaps sensoriels (déficiences auditives ou visuelles). Dans d"âutres cas, un travail analogue est réalisé par un enseignant spécialisé "itinérant" qui n'est pas directement rattaché au SESSAD.

 

Dans les deux cas, l'enseignant spécialisé vient régulièrement dans l'établissement scolaire (et éventuellement au domicile de l'enfant) pour des séances de soutien spécifique qui permettent à l'élève de reprendre en situation individuelle ou de petit groupe des apprentissages difficiles pour lui. L: enseignant spécialisé collabore également étroitement avec les autres enseignants pour optimiser, dans le cadre du projet individuel d'intégration, le suivi scolaire de l'élève handicapé.

Comme pour les établissements spécialisés, l'admission dans le service de soins relève d'une décision de CDES et l'ensemble des rééducations est financé par l'assurance maladie.

Dans le cadre du projet d'intégration, une convention est signée entre le directeur de l'école (ou l'inspecteur de la circonscription) ou le chef d'établissement et le responsable du SESSAD pour déterminer les modalités pratiques des interventions.

Les soins et les rééducations peuvent également être dispensés par d'autres moyens : services ou consultations hospitaliers, intersecteurs de psychiatrie infanto juvénile (hôpitaux de jour, centres de consultations ambulatoires), CMPP (Centre médico-psycho-pédagogique). Dans certains cas, ils peuvent aussi être assurés par des praticiens libéraux.

 

 CONSEIL : Quelle que soit la forme des soins qui sont utiles en complément de la scolarité, il est nécessaire qu'ils s'inscrivent dans la cohérence du projet individuel de l'élève élaboré en concertation avec l'école et la famille. 

  

retour sommaire guide 

retour page d'accueil du site